person holding a remote control

Le syndrome de la dépression post-série

Hello à toi qui lis cet article !
Aujourd’hui, j’ai envie de te parler de quelque chose de complètement différent : le syndrome de la dépression post-série. En fait, cet article je ne l’ai pas prévu. Mais tu sais ce que c’est, des fois on a envie d’aborder un sujet, donc il suffit d’oser et de se lancer !

Je ne sais pas comment ça se passe pour toi, mais personnellement, j’aime beaucoup regarder des films et des séries. Bon, vu le nombre d’abonnés à Netflix, Prime vidéo, Disney+, etc, j’imagine que je ne suis pas le seul 😅 !
Mais ce que j’aime par dessus tout, c’est l’histoire et les personnages. Je ne sais pas comment je me débrouille, mais chaque fois je m’attache. Bon, je dis “chaque fois”, mais c’est pas toujours le cas. En fait, c’est carrément presque jamais le cas, puisque je me souviens des quelques fois où c’est arrivé 🤣 . Mais pourquoi je raconte tout ça ?

La dépression post-série

Aujourd’hui, j’ai terminé pour la 4ème fois (oui je suis du genre à regarder plusieurs fois les films et les séries) la série The 100. Je ne sais pas si tu la connais. Mais en gros, c’est une série post-apocalyptique. Elle parle d’un espoir pour les humains de pouvoir revenir sur Terre après l’avoir quitté un siècle plus tôt. Bon, la série fait 7 saisons, donc si ça t’intéresse tu peux aller directement sur Netflix, elle y est 😉 !

Netflix - The 100
Netflix – The 100

Ce que j’aime dans cette série, c’est que, même si il s’agit d’une époque catastrophique, ça me donne de l’espoir. Puis, le fait que les humains en questions soient dans l’espace me fait aussi un peu rêver j’avoue !

D’ailleurs, je parle de cette série, mais ce n’est pas la seule à me faire cet effet. Et, en fait, ce qui est étrange c’est que chaque fois que je termine une série, j’ai une drôle de sensation. Un peu comme un vide. Je suppose qu’il s’agit de l’habitude à remplacer. Le fait de passer énormément de temps devant la série pendant plusieurs jours, et d’un coup, de ne plus rien avoir à regarder.

Mais bref, étrangement, cette sensation est très désagréable. Pourtant je l’adore. Non pas que je sois un masochiste (quoique… 🤔), mais simplement parce que ça me fait réfléchir énormément. Sérieusement, quand je dis énormément, c’est vraiment énormément ! D’un coup, j’ai l’impression de devoir remettre en question toute ma vie. Est-ce que j’ai fait les bons choix ? Est-ce que je suis heureux ? J’ose pas voyager, est-ce que je vais le regretter un jour ? Bref’, tu as compris !

Mais quelque part, c’est aussi le moment de s’attaquer à quelque chose de nouveau. D’entamer une nouvelle histoire, une nouvelle série éventuellement ? Pourquoi pas ouvrir un livre et écrire sa propre histoire ? C’est aussi l’un des avantages que je vois dans ce syndrome de la dépression post-série, pas toi ?

Le syndrome de la dépression post-série
Le syndrome de la dépression post-série.

Alors, du coup, comme l’article est complètement décalé, j’vais en profiter pour te demander à toi qui lis cet article. Est-ce que ça t’arrive aussi ? Est-ce que tu ressens ce genre de choses parfois ? Et, est-ce que ce genre de sujets, complètement décalé t’intéressent ? Si oui, je saurais que je peux partager aussi ce genre de hors sujets sur ce blog 😁 !

D’ailleurs, si cet article t’a plus, n’hésite pas à me le dire en commentaire, tu peux aussi t’abonner à ma chaîne Youtube et t’inscrire à la newsletter.

Et en attendant, je te souhaite une excellente journée (ou soirée), et à la prochaine !


En savoir plus sur La Pause Code

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Une réponse à “Le syndrome de la dépression post-série”

  1. Avatar de JEAN FRANCOIS MORALES
    JEAN FRANCOIS MORALES

    Ton analyse est très intéressante. Elle doit faire réfléchir sur nos vies d’aujourd’hui. En quoi les choses ont changé et est-ce que c’est mieux aujourd’hui qu’il y a 50 ans??????????

Laisser un commentaire